Questions-réponses avec Mihara à Pékin

  • Posté le :
Aw13_bl_mihara_press_photo

La dernière fois que nous avons parlé au créateur de mode avant-gardiste Mihara Yasuhiro, c'était en 2010. Il fêtait alors dix ans de collaboration créative avec PUMA. Cette année, nous avons discuté avec lui à Pékin alors qu'il présentait une avant-première de la collection PUMA by MIHARAYASUHIRO automne/hiver 2012, un hommage à Tokyo, la ville du vélo.

PUMA : Votre partenariat avec PUMA dure depuis plus d'une décennie et des collectionneurs de baskets et des fashionistas attendent avec impatience vos créations uniques saison après saison. Que pensez-vous du succès de votre collection et du fait d'avoir créé un véritable culte ?
MY : Concernant PUMA by Yasuhiro Mihara, dans le passé, la plupart des gens connaissaient PUMA comme marque d'articles de sport et de mode, mais peu parmi eux avaient entendu parler de la collaboration entre PUMA et Yasuhiro Mihara. Récemment, à mesure que les collectionneurs de baskets et les fashionistas dans le monde ont commencé à accepter notre collaboration mutuelle, elle a alors rencontré un grand succès. PUMA est une marque bien connue dans le monde sportif et MIHARA YASUHIRO était identifié comme créateur de mode avant-gardiste japonais. Grâce à cette collaboration, l'énergie issue des créations de YASUHIRO MIHARA s'est répandue partout et elle a également servi d'élément moteur pour les consommateurs.

PUMA : Certains créateurs explorent des pays étrangers ou différentes cultures quand ils recherchent une source d'inspiration. Et vous, où allez-vous chercher votre inspiration ? Quel est votre processus créatif lorsque vous créez votre prochaine collection ?
MY : En fait, je suis quelqu'un de facilement influençable, mentalement et physiquement. Je pense que l'inspiration arrive tout d'un coup. D'une part, le passé et l'histoire nous ont appris beaucoup de choses différentes. D'autre part, nous vivons dans le présent. Ces deux choses nous entraînent dans la contradiction. Toutefois, nous devons changer notre façon de penser afin de créer des éléments de conception en trouvant quelque chose de nouveau. Certains créateurs pensent que l'inspiration est un don de Dieu, et parfois ils paniquent. Mais, je pense que nous devrions toujours être positifs pour avoir de l'inspiration.

PUMA : Pourriez-vous nous dire quels sont les lieux qui vous inspirent le plus ?
MY :
Tokyo, bien sûr ! Ensuite, Londres, Hong Kong, New York, Singapour, Milan, Paris. J'aime Milan pour ses vieux bâtiments et son architecture. J'aime Paris pour sa culture. Étant étranger, je vois ces différences lorsque je visite ces lieux.

PUMA : Quels sont les 3 choses que vous jugez les plus importantes lorsque vous créez pour PUMA ?
MY :
La chose la plus importante est l'histoire de PUMA et ses origines. Ensuite, je pense à une idée pure. Après 12 années de création, le défi est de faire quelque chose d'unique à chaque fois. Quelque chose que nous n'avons jamais fait. Enfin, c'est l'aspect créatif. La marque me donne une liberté d'expression pour concevoir des vêtements et des accessoires. Pour les chaussures cependant, je dois respecter des instructions spécifiques, car il faut garder à l'esprit la forme des chaussures.

PUMA : Votre collection A/H 12 a été inspirée par Tokyo, la ville du vélo ainsi que l'imprimé peau de python. On dirait une association improbable, pourtant cela a plutôt bien marché. Comment en êtes-vous venu à des détails si inattendus ?
MY :
Tokyo est une ville en béton et tout le monde se déplace à vélo partout dans la ville. Les gens qui font du vélo à Tokyo sont à la mode. Ils préfèrent des vêtements de sport colorés qui sont à la mode et un grand nombre d'entre eux porte même des chaussures en cuir pour faire du sport. J'ai utilisé l'imprimé peau de python parce qu'il donne à ce groupe à la mode un sentiment d'exclusivité, il permet à ceux qui le portent de se démarquer du reste. L'imprimé python regroupe des personnes qui considèrent les vêtements comme leur langue commune. Un autre point important, c'est le « confort ». Dans le passé, les gens considéraient le confort physique comme très important. Mais de nos jours, ce qui importe c'est le confort physique et mental à la fois. Ces gens-là pourraient être satisfaits par le bon équilibre entre fonction et mode.

PUMA : Vous avez gardé une célèbre paire de baskets PUMA dans votre collection 12 : les Disc Blaze. Pourquoi avez-vous décidé de les garder ? Combien cette chaussure compte-t-elle pour vous ?
MY :
J'ai décidé d'utiliser les baskets Disc Blaze pour la collection Automne/Hiver 12 parce qu'elles sont excellentes pour faire du vélo. Elles permettent à l'utilisateur un mouvement plus facile grâce à des fonctions spéciales comme la tenue des chaussettes et le disque qui ajuste la fonction fitness.

PUMA : Vous êtes connu pour allier la fonctionnalité et le design dans vos collections. La collection Automne/Hiver 12 se caractérise par son côté plein air en utilisant des matières réfléchissantes et des fonctions rétractables tout en proposant des articles conçus avec beaucoup de goût et de style comme s'ils sortaient tout droit de la semaine de la mode à Milan. Comment trouvez-vous un équilibre ?
MY :
Grâce à la fonctionnalité, en alliant les nouvelles technologies et la mode avec des matières réfléchissantes, nous pouvons prévoir les tendances futures en matière de design. On est plus libre pour créer la mode. Dans le passé, les baskets étaient utilisées pour certains sports comme le football ou le basket-ball. Mais maintenant, les baskets sont conçues pour les activités de la vie de tous les jours telles que la marche dans des conditions confortables ou certains sports pratiqués au quotidien. Les nouvelles technologies apportent des valeurs nouvelles, développent la catégorie, et améliorent la satisfaction.

PUMA : Enfin, comment se porte votre collection de monstres ?
MY :
Je les collectionne toujours ! Je ne peux pas m'en empêcher. À chaque fois que j'en rencontre un, j'ai envie de le rapporter à la maison. J'aime tout spécialement les personnages de monstres dans les films. J'aime l'histoire du monstre parce qu'elle est populaire et c'est un personnage très drôle. Certaines personnes pensent que le monstre est l'ennemi. Oui, le monstre est l'ennemi de l'être humain, mais il a été créé en utilisant les humains comme modèles.



 

Black Label