2e étape : répétition

  • Membre de l'équipe médias
  • Posté le :
Leg%202%20day%2010%20blog

Blog d'Amory : étape 2, jour 10

Répétition : ce mot illustre parfaitement l'étape jusqu'à présent. Nous revoilà à lutter contre le vent, à tribord amures, avec la même brise, les mêmes vagues, les mêmes voiles que depuis notre premier virement de bord en direction du nord voilà maintenant quelques jours (et c'était le même scénario lorsque nous nous dirigions vers l'est). Mon dieu que c'est répétitif ! Mais le bateau se porte bien et nous profitons d'une belle course en ligne droite vers la zone des calmes ; une fois arrivés là, les choses vont commencer à changer.

Nous ralentissons, presque au point de nous arrêter et pendant que l'on prévoit notre itinéraire pour sortir d'ici dans le but de remporter cette étape, les autres surveilleront de près l'ouest, là ou les pirates modernes sont les rois de l'océan. Ce genre de pirates, on n'aime pas en parler et on ne s'habille pas comme eux pour Halloween, mais ils constituent un véritable problème qui vaut la peine d'être étudié avec attention. Mais peut-on vraiment résoudre ce problème ?

Avant de quitter Alicante en novembre, tous les marins ont été informés sur les pirates. Comment ne pas se faire détecter, comment éviter une rencontre, que faire si les pirates nous approchent ou s'ils montent à bord...Tout a été abordé. À bord du Mar Mostro de PUMA, notre philosophie est simple : être intelligent, à l'affut, rester constamment en mouvement et éviter les zones à risque. Malgré cela, nous sommes sur un voilier et l'on doit accepter le fait que dans certaines conditions, on ne peut pas avancer. Nous avons une confiance absolue dans les zones d'exclusion Volvo Ocean Race et nous ne voulons pas effectuer cette étape avec la peur au ventre. C'est aussi simple que ça. Nous sommes dans une course avant tout et nous naviguons pour gagner, c'est évident.

Notre équipage a conscience des risques liés au voyage entrepris et nous n'aurions pas quitté le port du Cap si nous ne les avions pas tout d'abord acceptés. Mais ça ne veut pas dire que l'on ne va pas utiliser ce que l'on a appris si le besoin se fait sentir ; nous sommes tous heureux d'avoir reçu cette formation.

En attendant, revenons à notre train-train quotidien ! 1 000 miles qui se ressemblent nous séparent de l'arrivée.

- Amory

Amory Ross

Membre de l'équipe médias

PUMA Ocean Racing soutenu par BERG


 

Sailing