Le parcours de Karina LeBlanc à la Coupe du monde féminine

  • Posté le :
204361_914330377521_9014174_48632654_3469192_o

Bonjour à tous,
 

À l'occasion du week-end d'ouverture de la WPS, je voudrais souhaiter bonne chance pour cette saison à toutes les joueuses, à tous les coach et à toutes les organisations !  Je sais que les joueuses de cette ligue vivent leur rêve au quotidien. À chaque fois qu'elles arrivent sur le terrain, elles le reconnaissent, et ce sentiment vaut bien toutes les difficultés que nous rencontrons pour y parvenir.

Je suis en train de vivre mon deuxième rêve car je me prépare avec le Canada pour la Coupe du monde 2011 qui aura lieu cet été en Allemagne. Nous sommes actuellement en Italie où nous nous entraînons, parce que notre nouveau coach vient d'ici. Elle s'appelle Carolina Morace. C'est une joueuse de football qui a reçu beaucoup de médailles. C'est une véritable légende ici, en Italie. Dès que l'on mentionne son nom, peu importe l'âge de notre interlocuteur, les gens savent qui elle est et ils font aussitôt son éloge. Franchement, j'ai déjà cité son nom à plusieurs reprises depuis que je suis arrivée ici (héhé, ça ne manque jamais) et cela suffit à susciter des réactions. C'est une virtuose du football.  Son intelligence du jeu nous permet à toutes d'apprendre chaque jour de nouvelles choses, et j'essaie d'en retenir le plus possible. Depuis son arrivée, nous sommes passées 6ème au classement mondial et l'année dernière, nous avons seulement perdu contre l'Allemagne et les États-Unis, classés n°1 et n°2, et la Suède (la semaine dernière) ici à Rome. Elle est devenue célèbre en Italie, non pas parce qu'elle exerce le droit en parallèle de sa carrière pro, mais parce qu'elle a été l'un des principaux commentateurs de la chaîne Serie A TV (l'équivalent d'ESPN/CNN pour les Italiens). Tout le monde regarde et, même avec des supporters vraiment critiques et coriaces, elle a tout de même réussi à se faire adorer de la foule.  Cela montre vraiment qu'elle sait de quoi elle parle étant donné qu'ici, en Italie, le football, c'est la vie.

Nous séjournons à Rome dans le même hôtel que les équipes de Rome et de Lazio qui jouent à l'extérieur (équipes de Série A). Nos installations d'entraînement font partie de l'hôtel, donc le gymnase et le terrain sont à moins de 100 mètres de nos chambres. Nous avons la chance de voir leurs entraînements de veille de match, et cela a vraiment été génial de voir les joueurs que l'on regarde toutes les semaines à la TV s'entraîner à deux pas de nos chambres. Le week-end dernier, j'ai eu l'occasion d'aller voir le match Rome-Juventus avec notre gardienne de but Steph Labbe. Le gardien de la Juventus est Gigi Buffon. C'est également le gardien de l'Italie (et l'un de mes préférés de tous les temps et aussi un athlète PUMA) mais il n'a pas joué. Je dois admettre qu'au départ, j'étais un peu déçue de ne pas le voir sur le terrain, mais les autres gardiens ne m'ont pas déçue. Il y a eu de très beaux arrêts. C'est intéressant de voir un match en vrai car les Italiens sont dynamiques : ils sont debout et ils crient, de joie comme de rage, quoiqu'il se passe sur le terrain. Parfois, je me suis surprise à regarder plus les fans que le match, parce que c'était vraiment une expérience à part entière. Les Italiens adorent le football et j'ai vraiment apprécié de voir tant de passion chez les supporters. Je comprends à quel point ce sport compte pour tout le monde ici.

Pendant nos jours de repos, nous avons la chance de visiter Rome et d'apprécier différents coins de cette ville magnifique. Tout est à la hauteur de sa réputation ici. La nourriture est délicieuse : je n'avais jamais mangé de pizzas et de pâtes si bonnes auparavant. Les gens sont très chaleureux. L'architecture est à couper le souffle et la vie y a l'air si simple. Je suis allée au Colisée, au Vatican (j'ai visité la Chapelle Sixtine et je suis montée en haut de Saint-Pierre pour la plus belle vue de Rome) ; je suis montée en haut des escaliers de la place d'Espagne ; j'ai vu la fontaine de Trevi et le Panthéon.

Il y a beaucoup à apprendre de la culture, et cela me plaît énormément. J'adore apprendre en voyageant et en discutant. Mes coéquipières se moquent de moi parce que j'ai maintenant un nouvel accent, à moitié anglais, à moitié italien. J'ajoute un « o » à la fin de tous les mots en prenant un accent et j'ai l'impression de parler italien. Par exemple (c'est le pire mais c'est celui qui a fait rire tout le monde aujourd'hui) : « Il-o faut-o que j'aille-o par là-o ». Si on le dit avec un accent, tout le monde comprend... Enfin, je crois. Si je n'arrive pas à mimer un mot avec les mains, avec un geste ou en montrant du doigt, je rajoute un « o » à la fin et je crois que c'est bon. Jusqu'à présent, ça a marché.  J'ai crié « taxi-o » l'autre jour, et un taxi s'est arrêté. J'ai demandé s'il y avait une « banque-o » et on m'a indiqué une banque. Et la liste continue, mais en tout cas, ça fonctionne parfaitement pour moi. J'obtiens ce que je veux-o, alors tout roule-o !

L'entraînement a été difficile mais bon et, même s'il y a des jours où je dois ramper jusqu'à mon lit pour lire ou aller sur Internet, je suis contente d'être où je suis. Mon équipe est comme une famille et, avec tout le temps que nous passons ensemble, nous sommes de plus en plus proches et nous faisons de plus en plus les folles, ce qui est tout à fait mon truc. Puisque je suis la plus âgée (évidemment, avec mes 23 ans), j'ai ma propre chambre donc je peux m'isoler quand j'en ai besoin et, quand ce n'est pas le cas, je trouve quelqu'un à embêter ou on se met dans ma chambre pour discuter. Nous vivons vraiment notre rêve, ici à Rome. Les jours où nous n'avons qu'un seul entraînement, c'est sympa parce que nous pouvons faire la grasse matinée ou profiter de l'après-midi pour se relaxer, aller boire un café ou se ballader « à l'italienne ».  Si nous avons deux entraînements, mon lit et la salle de soins sont mes meilleurs amis. Pour certaines des filles, la piscine est leur endroit préféré pour se relaxer ou nager, mais pour moi, c'est un magnifique bain glacé. Je viens des Caraïbes alors je leur dis que je n'ai pas besoin de plonger dans une eau glacée tous les jours pour soigner mon corps.

J'ai eu la chance de fêter mon anniversaire ici (comme je l'ai dit, mon 23ème anniversaire), et comme j'avais lancé la coutume d'entarter mes coéquipières et mes coach, ça a été mon tour le jour de mon anniversaire... mais elle était si bonne que j'ai vraiment aimé ça ! Ma coéquipière et co-athlète PUMA Robyn Gail est en train de filmer une vidéo pour tout le monde. Je la mettrai dans mon prochain billet de blog (avec quelques autres voyages à Rome). Peut-être bien que je vieillis, et il y a des jours où mon corps me le rappelle, mais je ne suis pas sûre que tout ce temps que je passe avec mes coéquipières me rende vraiment plus sage en dehors du terrain ! Nous passons tout notre temps sur Twitter à nous twitter les unes les autres ou à twitter d'autres footballeurs et à imaginer des ruses pour nous faire des farces. J'ai un côté sérieux, mais pour le moment, lorsque je ne suis pas sur le terrain, on dirait bien que je l'ignore !

Ce parcours vers la Coupe du monde, même si ce sera ma 4ème, est vraiment unique à de nombreux égards, parce que tant de choses me semblent nouvelles. J'apprécie chacune des étapes et j'espère que tous ces billets de blog et ces tweets vous permettront de me suivre et d'en profiter. D'ici là, Buona Notte (bonne nuit).

Ciao,

 KK

Site Internet : KarinaLeBlanc.com
Twitter : karinaleblanc
Fan Page Facebook : Karina LeBlanc (KK) Fanpage

Football