L'over est-il surévalué ? La malédiction des capitaines modernes

  • Posté le :
Dhoni

Il y a le football, où chaque seconde d'arrêt de jeu est décomptée et vient s'ajouter après les 90 minutes de jeu, déterminant souvent l'issue du match. Il y a la Formule 1, avec ses tours dont les temps sont mesurés au centième de seconde près pour déterminer le gagnant, et puis, il y a le cricket, là où les capitaines et les joueurs peuvent recevoir une amende et être exclus des matchs s'ils prennent trop de temps pour effectuer les séries, quel qu'en soit le résultat.

Il y a le football, où chaque seconde d'arrêt de jeu est décomptée et vient s'ajouter après les 90 minutes de jeu, déterminant souvent l'issue du match. Il y a la Formule 1, avec ses tours dont les temps sont mesurés au centième de seconde près pour déterminer le gagnant, et puis, il y a le cricket, là où les capitaines et les joueurs peuvent recevoir une amende et être exclus des matchs s'ils prennent trop de temps pour effectuer les séries, quel qu'en soit le résultat.

À l'occasion d'une conférence à Hong Kong l'an dernier, l'ICC a durci le règlement concernant les séries, et de nombreux joueurs ont été suspendus à cause de cela. Dhoni a dû rester sur la touche pour un match test et un ODI en Australie, et Misbah-ul-Haq a reçu un avertissement et risque le même sort s'il ne respecte pas le règlement durant les 12 prochains mois. La menace de l'horloge et le risque d'exclusion est une menace qui pèse sur les épaules de tous les capitaines d'aujourd'hui, et les Asiatiques en souffrent malheureusement plus que les autres.

On se demande quel a été le sujet de discussion des dirigeants durant ce meeting, et on a du mal à comprendre quel désastre aura lieu si un lanceur prend cinq minutes et demi supplémentaires pour compléter 50 séries (ou 90 séries en match test). D'accord, il faut avoir conscience du temps dans un match de cricket pour des raisons logistiques, de diffusion et, ne l'oublions pas, de météo. Mais il n'y a vraiment aucune bonne raison pour pénaliser un capitaine - la personne responsable de finir dans les délais - en lui interdisant de participer au(x) prochain(s) match(s). C'est la pire punition possible pour un joueur, ça le prive, ainsi que ses fans, de la joie du sport.

On pourrait poser d'autres questions pertinentes, comme par exemple pourquoi ne pas pénaliser aussi les batteurs pour les délais ? Mais vu que cette menace étrange est bien là, nous préférons proposer des solutions toutes aussi bizarres - et ironiques...

Chers Dhoni et Misbah, la prochaine fois que vous êtes sur le terrain et que votre équipe a un retard de trois points et quelques dans les séries, diminuez la course d'élan de vos lanceurs. Dites à Zaheer Khan ou à Wahab Riaz de tendre le bras après deux pas. Puis assurez-vous que vos autres joueurs, membres de l'équipe et fans si nécessaire sont positionnés sur le terrain pour relancer la balle dès qu'elle atterrit. Et oubliez ces plongeons pour éviter certaines lignes. Demandez à vos joueurs de champ de relancer la balle avec un coup de pied et de passer à autre chose !

Et quand les batteurs demandent à un autre joueur de lui faire ses lacets ? Ils doivent se faire punir, ici, pas de blague. Qui sait, ça permettra peut-être de lancer une nouvelle mode de chaussures avec fermetures Velcro ! Et ces regroupements en cours de série pour discuter stratégie, c'est à éviter (ça permettra d'économiser plusieurs minutes). Le capitaine et les joueurs devraient plutôt utiliser le langage des signes, ou mimer. Et en plus, ça animera un peu le match, vous ne pensez pas, ICC ? Et en ce qui concerne les blessures et les changements d'équipement, il faudrait interdire, là aussi. (Les coureurs remplaçants ont déjà été interdits, et ça n'est pas une blague !) Même s'il perd une jambe, salit ses gants, brise sa batte en deux ou s'évanouit presque de soif, le batteur doit continuer à frapper la balle. NOUS SOMMES DES SPARTIATES !

Mais blague à part, nous espérons que cette restriction inutile de temps ne détruira pas ces petits moments uniques qui ont lieu sur le terrain lors de chaque match. Et qu'un des dirigeants de l'ICC lira ça et en parlera lors du prochain meeting annuel !

(Image avec l'aimable autorisation de The Hindu)
 

Cricket